Gérer le stress : détecter les signes et lutter contre

Que celui ou celle qui n’a jamais vécu de situation de stress lève la main ! Qui n’a jamais envisagé de participer à un séminaire sur la gestion du stress?

Ce dernier est partout et fait partie de notre quotidien. Suite à un épisode traumatique ou un changement soudain, il peut surgir avec plus ou moins d’intensité. Toutefois ne perdons pas de vue qu’une pression routinière peut générer un stress plus insidieux.

Les symptômes sont donc divers et variés. Les identifier permet de prévenir et gérer le stress, éviter ainsi des problèmes de santé, des maladies chroniques voire un burn-out.

Aujourd’hui, j’ai décidé de te partager mon expérience sur la gestion du stress.

Signes et symptômes du stress

Comment savoir si tu es stressée ?

Les symptômes sont nombreux et le résultat d’une situation qui représente pour ton inconscient un « danger ».

Inutile de cocher toutes les cases, les symptômes peuvent être physiques, psychiques et/ou comportementaux.

Quelques exemples de symptômes

Psychiques

Angoisse, irritabilité, anxiété, problème de concentration… Si tu es une femme, tu penses que c’est lié à ton cycle menstruel. Si tu es un homme, peut-être te dis-tu que tu ne dors pas assez? Oui nous sommes en plein cliché. L’idée est surtout de souligner qu’un symptôme est là pour t’alerter. L’humeur en fait partie, surtout quand ces comportements sont inhabituels et durent dans le temps.

Physiques

Là encore, les signes sont nombreux et différents en fonction de chacun. Je choisis de te partager les miens, ceux qui m’alertent sur l’urgence de prendre de la distance avec le sujet stressant du moment.

Fatiguée, j’ai des maux de tête et des douleurs au dos, mon corps me parle. J’ai donc appris à porter attention à la durée et l’intensité de mes douleurs.

Comportementaux

Le manque de motivation, l’isolement avec un vrai besoin de solitude, une vision négative de la réalité sont autant de signes que j’ai mis du temps à décrypter. Ils sont bien le reflet d’un stress plus ou moins intense.

Apprendre la gestion du stress

Si le stress est une réaction naturelle qui a toute sa place dans nos vies, l’excès de stress est un fléau. Notamment lorsqu’il devient chronique. Source de nombreuses maladies, telles que la dépression, le diabète, l’hypertension ou même de certains cancers, il est donc important de rester vigilant sur le sujet.

Femme stressée depuis mon plus jeune âge, c’est vite devenu vital pour moi de m’occuper de ce point handicapant.

Sans surprise, il existe une panoplie d’outils qui permettent de l’éloigner: de la sophrologie aux exercices de visualisation, en passant par le yoga.

Toutefois l’essentiel est de trouver le moyen qui te convient à toi.

Comment lutter contre son stress

Je pourrais être généraliste et te proposer les solutions les plus recommandées par tous les experts du sujet. Telles que: avoir une activité physique, prendre soin de son sommeil et surveiller son alimentation, se ressourcer auprès de ses proches ou seul etc…

Après avoir testé toutes ces options, je vais plutôt te proposer ce qui a fonctionné pour moi pour la gestion du stress.

Écoute de soi

Tout commence par la connaissance de soi (et oui, nous y revoilà). Parce que dans le cas présent, se connaître signifie savoir identifier ses propres signaux et comprendre la cause de ce stress. Pour cela, comme je te l’ai déjà partagé, il est important d’être à l’écoute de soi.

  • Quelles sont mes pensées?
  • Qu’est ce que je ressens?
  • De quoi j’ai besoin?

Dans la vidéo ci-dessous je te détaille l’importance de l’écoute de soi.

Comme tu l’as compris dans la vidéo, écouter ses émotions reste le meilleur moyen de gérer les situations stressantes. Prendre conscience de soi permet de reprendre le contrôle sur ta manière de réagir. Ton émotion te « dit » de quoi tu as besoin.

Tu as du mal à mettre des mots sur tes émotions? Mon cadeau du moment devrait t’aider 🙂 A la fin de cet article, renseigne ton e-mail pour le recevoir.

Besoins

Une émotion exprime un besoin non satisfait. Savoir de quoi tu as besoin permet de mettre en place un plan d’action pour prendre soin de toi.

  • Tu as besoin de te défouler? Tu organises des sessions de sport qui correspondent à ton rythme et tes préférences.

Mieux tu te connais, plus il est facile d’anticiper les situations où le stress peut devenir handicapant pour toi. Ainsi tu peux changer tes réactions face cet état.

Le développement personnel est aussi un outil pour la gestion du stress. En écrivant ce texte, je me rends compte à quel point les différents accompagnements que j’ai suivi m’ont permis de me libérer du stress. J’irais même jusqu’à dire que l’ancienne angoissée que j’étais, a toujours réussi à garder à distance le stress. Aujourd’hui, il est avant tout mon allié.

Tu veux savoir comment je peux t’accompagner à te libérer d’un stress chronique, t’éviter de le laisser s’installer? Tu peux prendre rendez-vous dès à présent.

Sandra ISRAEL-NICOLAS Coach professionnelle certifiée, en transition de vie.

Hypersensibilité: être hypersensible et heureux

« Je suis hypersensible », « mon enfant est trop sensible voire hypersensible », « nous sommes des hypersensibles dans la famille », « impossible d’être hypersensible et heureux! », « il/elle ne sait pas et ne saura jamais gérer ses émotions! »…qui n’a pas entendu cette phrase au moins une fois cette semaine ?

Encore un effet de mode ? De prime abord, on pourrait penser que l’hypersensibilité est le concept du moment.

Si je suis la première à en avoir ras la casquette d’entendre cette expression, j’ai pourtant décidé d’en parler sur mon blog aujourd’hui.

Pourquoi ? Honnêtement parce qu’il me tient à cœur et que je fais partie de ces personnes qui utilisent ces expressions. Mea culpa.

Toutefois, je me suis rapidement rendu compte que nous n’avons pas tous et toutes la même intention quand nous affirmons cette « information ».

Lorsque le mental prend la main sur cette donnée, très souvent elle devient un bouclier voire une bonne excuse. Je sais que je peux paraître un peu dure mais, la vérité, aussi douloureuse soit elle pour notre égo, est le chemin le plus court vers la sincérité vis-à-vis de soi.

Être hypersensible est une information utile sur ce parcours de la connaissance de soi. Et au même titre que « la capacité d’adaptation » par exemple, cette caractéristique te permet d’identifier ton fonctionnement et comment l’utiliser pour bien vivre avec les autres et avec toi-même.

Être trop sensible, avoir du mal à gérer ses émotions ou faire preuve d’empathie sont des caractéristiques de ta personnalité. Ni des défauts, ni des qualités simplement des faits.

Tu vis des évènements du quotidien de manière très intense ? Super, c’est une information à connaître.

Je propose donc de voir ensemble ce que signifie « être hypersensible ». Dans un second temps, je voudrais te partager ma conviction : « l’hypersensibilité est un don extraordinaire ». Enfin je te donnerais 5 clés pour bien vivre ton hypersensibilté.

L’hypersensibilité : qu’est-ce que c’est ?

« Je suis doué d’une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire »

Gustave Flaubert

La définition se trouve dans l’expression. L’hypersensibilité est une sensibilité accrue. Toutefois il est important de noter que la sensibilité ne concerne pas que les émotions. En compilant quelques définitions du Larousse, je dirais que « c’est une aptitude à réagir plus ou moins vivement à quelque chose et à percevoir des sensations, d’éprouver des sentiments. »

Ce dernier point est important car l’hypersensibilité est aussi sensorielle. Pour ma part, je suis convaincue que c’est l’hypersensibilité sensorielle qui déclenchent des émotions très fortes. C’est ma conviction et mon expérience par une analyse scientifique exacte. 😊

Ce que n’est pas l’hypersensibilité

L’hypersensibilité ce n’est pas d’être introverti ou extraverti.

NON tous les hypersensibles n’ont pas des cerveaux d’enfants, manquent de confiance en eux ou sont sujet à l’angoisse.

Ce qu’est l’hypersensibilité émotionnelle

Ce sont des réactions disproportionnées face à des situations qui paraissent anodines au commun des mortels.

Oui. C’est se sentir différent et faire preuve d’une forte empathie (voir hyper empathie)

Pour rappel, l’empathie est la capacité à se mettre à la place de l’autre tout en restant à la sienne. Je vois avec les yeux de l’autre sans projeter mon histoire sur lui. Or l’hypersensibilité peut devenir ingérable quand je ne fais pas la différence entre ce qui m’appartient et ce qui appartient à l’autre.

C’est aussi une grande intuition et beaucoup de pensées qui tournent en boucle.

Ce qu’est l’hypersensibilité sensorielle

Il s’agit là d’une sensibilité très forte aux odeurs par exemple, à la lumière, aux textures mais aussi aux goûts.

Reconnaître les forces de l’hypersensible ou En quoi l’hypersensibilité est un super pouvoir?

Je suis convaincue que l’hypersensibilité est un super pouvoir et je t’en parle de vive voix en video (en bas de cette page).

Les hypersensibles ont de nombreux atouts et parmi eux, il y a une excellente écoute de soi et des autres. Les émotions font partie intégrante de la vie des hypersensibles. Ce qui en fait des personnes avec une intelligence émotionnelle très développée.

Ce don extraordinaire allié à une bonne connaissance de soi devient une force au quotidien. En effet, mieux se connaître permet de s’accepter et d’accueillir ses émotions plus sereinement. S’apaiser c’est laisser la place aux forces de l’hypersensibilité: l’empathie, l’intuition et la créativité.

Apprivoiser son hypersensibilité pour être heureux

Dédramatiser et vivre ses émotions

C’est la première étape vers l’apaisement: se dire « je suis un être d’émotions. Quoi de plus naturel,donc, que d’avoir des émotions? c’est ok. »

Je t’invite à accueillir l’émotion comme un surfeur sur la vague. Prendre la vague de l’émotion et se laisser porter jusqu’au rivage en douceur: c’est ça vivre et exprimer ses émotions.

Simplement, sans honte, libre du regard des autres.

Il n’y a pas d’émotions négatives ou positives. Simplement une émotion qui s’exprime et qui indique qu’un besoin n’est pas satisfait.

Calmer ses émotions

Inutile d’étouffer la colère, l’écouter permet de l’apaiser. J’utilise souvent la métaphore du barrage. Cette eau qui monte derrière le mur a besoin d’être libérée. Ouvrir les vannes pour laisser un doux filet d’eau couler est plus efficace que de laisser gonfler le volume d’eau. Ce dernier pourrait déborder ou faire exploser le mur.

Par conséquent l’écoute de tes émotions doit faire partie de ton hygiène de vie.

3 routines à mettre en place pour calmer ses émotions

Surveiller son alimentation

Sensations et émotions, tout est démultiplié. Je préconise pour ma part de surveiller son alimentation en réduisant (voire éliminer) tous les excitants.

Si tu es hypersensible, je te conseille d’éviter café, coca, alcool, cigarette… Inutile de devenir un bonnet de nuit, l’idée est avant tout d’éviter les excès. Pas besoin de nourrir l’intensité de ton hypersensibilité.

Savoir s’entourer: la force de l’entourage

S’entourer de personnes qui portent un regard bienveillant sur cette sensibilité exacerbée est une manière de vous protéger. Il existe des personnes capables d’accueillir et cultiver l’émotivité d’un hypersensible. Un contexte où le non jugement est réciproque sera très épanouissant pour ce profil.

Choisis les bonnes personnes et tu développeras ton potentiel créatif.

Je te propose de découvrir mon accompagnement « S’affirmer pour trouver sa voie ». Tu y apprendras à faire de ton hypersensibilité ton SUPERPOUVOIR.

3 exercices de développement personnel à pratiquer tous les jours

J’aime répéter que le développement personnel, c’est tous les jours. Chaque moment dans la vie est l’opportunité d’apprendre sur soi, de se développer. C’est une manière de prendre soin de soi, de gérer ses émotions, décharger les tensions. Et sans nulle doute le moyen le plus sûr de gagner en sérénité.

Au fil des années, grâce au travail que j’ai mené sur ma propre personne, à mes formations et aux accompagnements que je mène depuis de nombreuses années, j’ai « compilé » quelques exercices de développement personnel.

Des moyens de s’accompagner soi-même en toute autonomie pour identifier ses émotions, ses envies, ses aspirations et s’apaiser.

J’ai donc décidé de te partager quelques exercices simples à pratiquer tous les jours pour améliorer ton quotidien.

Écrire pour libérer son esprit

Si tout commence par une feuille et un stylo, je ne vais pas te proposer d’écrire un livre ou une dissertation.

L’écriture est un des outils que j’utilise régulièrement. Je te partage ici 2 de mes exercices préférés.

A toi de choisir si tu poses, tes soucis, tes idées, tes projets, sur le papier le matin au réveil ou le soir au coucher. Chacun sa méthode et surtout ce qui est le plus bénéfique et confortable pour soi.

La planification au quotidien

Pour libérer mon esprit j’ai besoin de poser et structurer le programme de ma journée. Même si je ne suis pas ce planning à la lettre, je note mes missions du matin puis celles de l’après midi et je les planifie heure par heure. Et je le fais la veille avant de me coucher pour éviter de cogiter dans la nuit. Je visualise ma journée et je suis tranquille.

Souvent, les idées fusent dans la foulée. J’en profite pour laisser aller ma créativité et les poser à la fin de mon planning.

A toi de jouer.

Le « journaling » et ses 3 questions clés

Technique qui consiste à tenir un journal intime et donc à y écrire quotidiennement (de préférence le matin). Pour ma part, j’utilise cet outil lorsque je suis bloquée sur un sujet et que je n’arrive pas à avancer.

Je me concentre sur le sujet bloquant et me pose les 3 questions suivantes :

  • Quelles sont mes pensées ?
  • Qu’est ce qui me fait penser « ça » ?
  • En quoi c’est important pour moi de penser « ça » ?

Le secret est dans ta capacité à écrire sans réfléchir et laisser la main se déplacer sur la feuille.

Un exercice de respiration pour prendre du recul

Sans surprise, surtout si tu as lu mon article sur ma routine bien-être, tu sais que respirer est une sorte de mantra pour moi. Chaque jour, je suis attentive à ma respiration et prend 5 min pour inspirer et expirer. Pour ma part prendre ce temps (voire ces temps) dans la journée, me permet de me détendre. Et si je suis « à côté de mes pompes », je lâche prise et connecte mon corps à mon esprit. Les bienfaits de la respiration ne sont plus à démontrer.

Apprendre en permanence

Le développement de soi passe par le fait de rester curieux et de continuer à apprendre. Livres, podcasts, vidéos, chaîne youtube, formation, networking avec des experts etc…quel que soit le format, il y en a forcément un qui te convient à toi et à un instant T.

Si je suis une « dévoreuse de livres » comme tu peux le constater dans mon TOP 5 de livres en développement personnel, j’écoute aussi de nombreux podcasts en fonction de mes besoins du moment, comme « J’peux pas, j’ai business » d’Aline Bartoli ou « Le podcast de Pauline Laigneau » (anciennement Le Gratin). J’ai besoin de m’instruire pour progresser personnellement et professionnellement.

Et je n’ai jamais cessé de me faire accompagner. Si les exercices de développement personnel sont utiles et peuvent s’inscrire dans une routine, rien ne vaut le questionnement d’une personne extérieure.

Alors si tu veux en savoir plus sur mes accompagnements, prends rdv dès aujourd’hui.

Sandra ISRAEL-NICOLAS Coach professionnelle certifiée, en transition de vie.

Séance hypnose ericksonienne : principes, bienfaits et déroulement

Il existe plusieurs types d’hypnose telles que l’hypnose classique, humaniste, spirituelle ou ericksonienne. Pour ma part je suis formée à l’hypnose ericksonienne, cette pratique que j’ai découvert d’abord pour moi. Et que désormais j’utilise avec passion parce que j’ai pu constater les effets sur ma petite personne.

Développée par Milton Erickson, psychiatre et psychologue américain, elle fait partie des thérapies brèves.

Erickson souffrait d’une paralysie motrice et sensorielle à la suite d’une poliomyélite. Il s’est alors intéressé à l’autohypnose qui lui a permis de sortir de cette paralysie. Si l’hypnose thérapeutique existait déjà, le psychiatre a révolutionné sa pratique et y a consacré beaucoup de travaux.  Sa propre guérison le conduit à développer la conviction que chaque individu possède en lui les ressources nécessaires pour réagir de manière adéquate devant chaque situation.

Selon lui, notre inconscient sait tout et bien plus encore. C’est pourquoi la pratique de l’hypnose ericksonienne est basé sur l’autonomie du sujet et sur le fait qu’il est acteur de sa guérison.

Cette pratique est très différente de l’hypnose classique qui repose sur l’injonction. Cette thérapie brève est basée sur le questionnement et les suggestions. Le praticien construit la séance à partir du sujet, il le suit et l’accompagne sur son propre chemin. En bref, il le guide.

Principes et bienfaits de l’hypnose Ericksonienne

« Votre inconscient sait plus de choses que vous savez, que vous savez. »

Milton Erickson

Quels sont les principes ?

L’autonomie et la liberté du sujet. Cette pratique est avant tout un moyen d’accéder à ses ressources intérieures en toute sécurité pour changer ses comportements.

Le sujet est actif et co-constructeur de l’accompagnement. Il reste le pilote de sa vie et du chemin qu’il souhaite emprunter pour son développement personnel.

Le comportement à changer est un symptôme.

Voilà ce que j’aime dans cette pratique: l’hypnose ericksonienne ne s’intéresse pas à la genèse mais à l’expression de ce symptôme. Qu’est-ce qui déclenche la réaction. (exemple : qu’est-ce qui fait que je pleure devant mon patron 😊)

Au fond, on se moque de l’histoire, du pourquoi et du comment. Il s’agit de revenir à l’émotion et de reprogrammer le comportement.

La conversation est basée sur des suggestions, des anecdotes et des métaphores et tout ce qui permet au sujet de stimuler son imaginaire

Le respect du « consultant » dans son rythme, son besoin, son objectif.

La transe profonde n’est pas nécessaire systématiquement pour que le changement se fasse

Personnellement, en tant que thérapeute mais aussi sujet, je trouve l’hypnose ericksonienne extraordinaire pour trois raisons :

  • C’est un outil d’accompagnement au changement
  • Le « patient » reste libre et actif
  • Le changement se fait en douceur (Après tout, qui a dit que, pour changer il fallait souffrir ?)

Pas d’urgence, juste se caler sur le rythme de son sujet et être près de lui, avec lui, dans son monde (croyances, émotions, perceptions…) pour trouver et lever ses résistances au changement ensemble. Les solutions sont en lui depuis toujours, elles étaient cachées en attendant le bon moment.

« C’est le patient qui fait la thérapie. Le thérapeute fournit seulement le contexte, le climat, c’est tout. C’est au patient de faire tout le travail. » 

M.H Erickson

Quels sont les bienfaits de cette thérapie ?

Quelle que soit la demande au départ, les bienfaits sont multiples et parfois surprenants car collatéraux. Je me souviens d’une séance pour un problème professionnel. Résultat : situation gérée et arrêt de la cigarette dans la foulée.

Comme l’hypnose ericksonienne  s’applique à des champs très variés, les bienfaits sont nombreux.

De la gestion de la douleur, aux troubles dermatologiques par exemple, cette thérapie est utile au niveau physique.

L’hypnose est aussi efficace au niveau comportemental pour les addictions, la perte de poids, les insomnies, la fatigue chronique ou encore les phobies.

De mon côté, voilà un outil indispensable à mes accompagnements en développement personnel ou professionnel. Puisqu’il est très efficace sur des sujets tels que la gestion du stress, la relation aux émotions, la confiance en soi, l’affirmation de soi, les changements de vie, de poste etc..

Le déroulement d’une séance d’hypnose Ericksonienne

La séance dure entre 1h15 et 1h30 assis sur des chaises ou des fauteuils. J’insiste sur ce point. Pour ceux qui souhaitent faire une sieste, ce ne sera pas le bon endroit. Chez Sens et Projet, on vient se mettre en mouvement 🙂

On commence par poser un cadre de bienveillance et de non-jugement. C’est un moment de liberté dans lequel le sujet peut s’autoriser à exprimer et libérer ses croyances, ses émotions et ses besoins. En hypnose, le travail du thérapeute est de guider son sujet vers son objectif en étant respectueux de son écologie.

Puis démarre le questionnement afin de définir un objectif. « Qu’est-ce que je veux changer aujourd’hui » ?

C’est un moment d’hyperconcentration pour identifier ses besoins et ses émotions qui permet au sujet d’être déjà dans un état de conscience modifié. Il a ainsi accès à son inconscient.

D’autres chemin sont possibles, comme celui de la relaxation et du relâchement musculaire. Pour ma part, il est important que la personne participe activement à son changement. C’est pourquoi je questionne beaucoup. (et je ne propose pas de canapé.)

Comme il entend et interagit avec le thérapeute, j’accompagne mon interlocuteur sur son propre chemin. Les suggestions d’image et d’histoire sont liées à ses réactions et commentaires C’est un peu comme si nous écrivions un texte ensemble mais il est le pilote.

Un peu comme Philippe, 47 ans, venu me voir pour se « rééquilibrer émotionnellement après des épreuves personnelles. »

Témoignage de Philippe

« L’hypnose m’a permis de m’éloigner émotionnellement de ce qui me touchait et ne me permettait pas de sortir de l’ornière. Désormais je vois la vie avec plus de recul et de positivité. Je recommande Sandra pour sa manière de mener la séance qui permet d’aller puiser dans son inconscient ce dont on a besoin. Sa bienveillance met en confiance. »

Je te partage mon avis sur le sujet: l’hypnose se découvre par soi-même. C’est un voyage intérieur extraordinaire. Je pourrais écrire encore des milliers de mots sur le sujet. Je t’invite donc à découvrir par toi-même.

Si tu veux en savoir plus sur mes accompagnements, prends rdv dès aujourd’hui.

Mes références

Pour l’hypnose, je suis formée à l’A.R.C.H.E et respecte la charte éthique et la déontologie de cet établissement.  Je suis aussi Coach Consultante (Linkup Coaching diplôme certifié au RNCP niveau 6) adhérente du Syndicat Français des Acteurs Professionnels du Coaching (SFAPEC).

Sandra ISRAEL-NICOLAS Coach professionnelle certifiée, en transition de vie.

Oser changer de vie: j’ai peur, comment faire?

« Changer de vie » voilà un objectif de taille non ? C’était il y a 20 ans, je m’entends encore dire à ma thérapeute : « je veux changer de vie mais je ne sais pas comment faire ».

J’avais oublié que je l’avais fait à 18 ans et que j’allais le faire encore plusieurs fois.

Toutefois ce que je peux vous dire c’est que le changement fait peur. Et que c’est normal !

La vraie question est : de quoi ai-je peur ?

Changer de vie professionnelle ou personnelle implique de modifier ses habitudes, découvrir de nouvelles personnes. Ces changements génèrent de l’angoisse, des inquiétudes, sur lesquelles je vais mettre le mot PEUR. Et avec ce mot, toutes les croyances et les certitudes qui vont avec : « j’ai peur de l’inconnu ! », « et si je n’étais pas à la hauteur ? » etc…

A travers cet article, je souhaiterais vous permettre de comprendre ce qui vous empêche de changer de vie.

S’agit-il bien de peur ? Si oui comment la dépasser ? Et enfin comment changer de vie ?

Avoir peur c’est normal

Qu’est-ce que la peur ?

La peur est une émotion dite primaire ou universelle, au même titre que la joie, la tristesse, la colère, le dégoût et la surprise.  Paul Ekman définit l’émotion comme « l’état de conscience, agréable ou pénible, concomitant à des modifications organiques brusques d’origine interne ou externe. »

Traduction : une émotion est le résultat d’un déclencheur extérieur (ex : un danger) qui se manifeste par une réaction physiologique (ex : augmentation du rythme cardiaque et/ou tremblements) qui entraine une réaction physique (ex : la fuite).

Vous l’avez compris, la réaction liée à l’émotion, ici à la peur, est spontanée et inévitable. Elle est même saine puisqu’elle déclenche une réaction de protection.

Pourquoi avons-nous peur ?

Le manque de visibilité, l’inconnu laisse la place à de nombreuses questions et génère de l’insécurité. C’est la peur de perdre quelque chose, un cadre familier, des habitudes. C’est aussi la crainte, dans le cadre d’un changement de carrière, de ne pas être à la hauteur par exemple. Le premier réflexe est donc de résister au changement.

Comment dépasser sa peur

Étape 1 : écouter et accueillir vos pensées et vos émotions avec bienveillance. C’est normal de vivre un état émotionnel intense en période de changement.

Qu’est-ce que je ressens ? Qu’est-ce qui m’empêche d’agir ? Comment je le sais ?

Étape 2 : Une émotion qui se manifeste exprime un besoin non satisfait. Par conséquent c’est le moment de s’atteler à identifier ce besoin.

Que me dit mon émotion ? De quoi j’ai besoin pour me mettre en action ?

Étape 3: le besoin compris, mettre en place les actions nécessaires à la satisfaction de ce besoin. Si vous avez besoin de vous sentir en sécurité, définissez précisément cette notion pour vous. Puis choisissez les critères qui vous permettront de considérer ce besoin comme rempli.

Étape 4: accepter d’être imparfait et d’avoir peur pour rester dans l’action

En résumé, pour dépasser sa peur, il est important de développer son intelligence émotionnelle. Elle permet de prendre du recul et de relativiser afin de garder la maîtrise de soi

Comment changer de vie

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. »

Mark Twain

Les mots clés d’un changement de vie réussi: connaissance de soi, entourage bienveillant, objectifs définis, mindset, action.

Bien se connaître

Je m’explique. Tout commence par la connaissance de soi. Bien se connaître signifie avoir conscience de soi, ses croyances, ses envies, ses émotions, ses besoins ainsi que son rythme. Inutile de se mettre sous pression si ce n’est pas un levier de motivation pour vous. Posez-vous les bonnes questions. De quoi ai-je besoin pour mener à bien mon projet? En quoi est-ce important pour moi de changer de vie? Qu’est ce que ce changement va me permettre?

Un entourage adapté

Dans ces moments de vie, il est également primordial d’être bien entouré. Ayez en tête que ceux qui semblent essayer de vous décourager ne font que projeter sur vous leurs peurs. Par conséquent ce sont les leurs pas les vôtres. Trouver du support autour de vous est donc essentiel pour rester motivé et garder un état d’esprit (mindset) positif. Entourez vous de personnes ayant le même objectif ou l’ayant déjà atteint.

Des objectifs définis

Vous êtes fin prêts pour définir vos objectifs, car …

« Il n’est point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va »

  Sénèque

Prenez le temps de définir votre objectif et le coucher sur le papier. Définir son ou ses objectifs est un moment privilégié au cours duquel vous pouvez le visualiser. Spécifique, Mesurable, Ambitieux, Réalisable,Temporell’outil SMART, orienté entreprise, a toute sa place dans la mise en place d’un vision board personnel.

Pour ma part je suis convaincue que, grâce à ces points, votre perception du changement sera plus positive. Être à l’écoute de soi permet de mieux se comprendre. Se connaître permet de répondre à ses besoins et donc de définir ses objectifs avec justesse. Le changement devient une opportunité et non pas un risque.

C’est un choix réfléchi et aligné avec soi. C’est donc le moment de mettre en place un plan d’action, de s’organiser et prioriser les actions à mettre en place. Rester proactif et en mouvement reste le secret d’un changement réussi.

Il ne s’agit pas de changer pour changer, répondre à une mode ou même réagir à un mouvement de colère. Il est urgent et important de rester à l’écoute de ses émotions pour être aligné avec soi. Soyez honnête envers vous-même.

Par ailleurs une fois la décision prise, restez confiant en votre capacité d’adaptation et foncez.

Mon expérience

Je n’ai pas choisi ce thème par hasard. La vie est faite de changement, tout est en changement et comme disait Bouddha

« Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement. »

Bouddha

18 ans le bac en poche, je quitte le Maroc pour Paris. C’est le changement subi, je n’ai pas le choix, pourtant les opportunités sont là. Je m’adapte.

30 ans, je change de vie, je divorce, je change de job, je déménage. Je choisis ma vie. Je me connais de mieux en mieux, j’évolue en entreprise et « change » de fonction tous les 2/3 ans.

43 ans, une opportunité se présente pour la Réunion, c’est parti pour un 12éme déménagement en famille cette fois. Et pour ma part, je repars de zéro puisque je crée mon entreprise.

Forte de toutes ces expériences, le message que je souhaite vous transmettre est le suivant.

Le changement est avant tout une opportunité. La peur est un réflexe, ce sont les pensées négatives qui entrainent la résistance.

Transformer vos pensées en affirmations positives ouvrent les portes d’une reconversion réussie.

Mieux me connaître m’a permis de vivre à chaque fois pleinement toutes les opportunités qui se sont présentées à moi. J’ai pu à chaque fois prendre les « bagages », les outils dont j’avais besoin pour mener à bien mes projets.

Il ne s’agit donc pas d’oser changer de vie mais bien d’oser continuer à vivre pleinement vos rêves.

En résumé

Pour oser changer de vie, il est nécessaire de:

  • bien se connaître
  • travailler son état d’esprit
  • se fixer des objectifs
  • mettre en place un plan d’action

Vous avez besoin de mieux vous connaître pour vous lancer? De vous assurer que vous êtes sur la bonne voie? D’un coup de pouce?Forte de mes expériences et de mon métier de coach en transition de vie, je peux vous accompagner dans cette démarche de changement.

Prenez rdv dés aujourd’hui pour en savoir plus sur mes accompagnements.

Sandra ISRAEL-NICOLAS Coach professionnelle certifiée, en transition de vie.

Pourquoi les tests de personnalités permettent de mieux se connaître ?

Que celui ou celle qui n’a jamais fait de test de personnalité lève la main ! Je suis sûre que tu en déjà fait au moins un. Soit en passant par hasard sur internet ou encore dans un magazine sur la plage, tu as voulu en apprendre un peu plus sur toi. Il est fort probable même que tu en es rempli un dans le cadre d’un recrutement ou même en entreprise.

Quoi qu’il en soit, l’objectif premier d’un test de personnalité est souvent de faire connaissance avec soi.

Les thèmes sont variés. Certains proposent d’en savoir plus sur ses talents et ses compétences, d’autres sur ses traits de caractères et ses comportements. Ils sont toujours l’opportunité de mieux se connaître et pourquoi pas s’améliorer. Utile en développement personnel, ces tests peuvent nous permettre de comprendre nos propres réactions et motivations.

C’est d’ailleurs pour ça que de nombreuses entreprises ou cabinets de recrutement les utilisent dans leurs procédures de sélection.

Voyons donc tout d’abord ce qu’est un test de personnalité, puis en quoi il est utile à son propre développement personnel.

Puis je te propose de « voir » leur utilité dans le milieu professionnel et quelques exemples de tests à utiliser.

Qu’est-ce qu’un test de personnalité ?

En général un test de personnalité est conçu par un ou plusieurs psychologues. Il est constitué d’une série de questions plus ou moins claires et parfois répétitives. L’idée étant de créer de la confusion afin que le sujet réponde le plus spontanément possible. L’hypnologue, que je suis, dirait même que ces tests s’adressent à notre inconscient d’où l’intérêt d’y répondre sans réfléchir, en étant honnête. Le nombre de questions peut varier de 20 à 300 questions à choix multiples. Les réponses proposées sont formulées de manière claire et précise et laisse peu de place au mental.

Le test de personnalité sont conçus pour identifier la manière d’agir et de réagir d’un sujet dans une situation donnée. Il permet aussi de comprendre les comportements des individus et leur profil socio psychologique. Enfin, c’est un moyen de déterminer les mécanismes de motivations et de réflexions de chaque individu.

Mais pourquoi faire ses tests à titre de personnel ?

Les tests de personnalité pour son propre développement personnel

« Il existe un curieux paradoxe qui fait que c’est au moment où je m’accepte tel que je suis que je deviens capable de changer. … nous ne saurions changer ni nous écarter de ce que nous sommes tant que nous n’acceptons pas profondément ce que nous sommes. C’est alors que le changement se produit, presque à notre insu.  »

Carl Rogers

La connaissance de soi est au service du développement personnel, voici ma conviction. Mieux tu te connaîtras, meilleures seront tes relations et plus harmonieuse sera ta vie. C’est ainsi que je pilote ma vie et c’est à ça que j’accompagne mes clients : faire connaissance avec eux-mêmes.

Je ne vais donc pas te dire ici que le test de personnalité n’a aucune utilité. Au contraire, c’est un outil très utile à son propre développement personnel. Et pour cause, grâce à ces tests, tu apprends à te connaître, à identifier tes forces, tes valeurs, tes besoins, tes leviers de motivation et bien d’autres informations à ton sujet.

Bien questionnés et analysés les résultats de ces exercices te permettent de capitaliser sur tes qualités et d’accepter tes limites. En restant bienveillant envers soi, ce travail est l’opportunité de mieux se connaître pour s’accepter et s’affirmer. Ce chemin vers l’affirmation de soi est le moyen de développer une communication assertive, de se positionner et prendre des décisions en pleine conscience.

Les tests de personnalité dans le milieu professionnel

Comme je le disais précédemment, nombreux sont les recruteurs aujourd’hui qui utilisent les bilans de personnalité dans leur parcours de recrutement. En effet c’est un outil qui permet d’en savoir plus sur le candidat et de s’assurer que le profil de ce dernier est en adéquation avec le poste proposé.

Par ailleurs, les résultats permettent d’en savoir plus sur le candidat, ses soft skills, ses moteurs, et ses talents. C’est un support de réflexion et de questionnement lors de l’entretien.

S’ils sont utiles dans lors d’une recherche d’emploi, les questionnaires de personnalité te seront utiles dans le cadre d’une reconversion professionnelle. Mieux te connaître pour trouver ta voie et faire un métier qui te plaît. Logique non ?

Bien entendu, pour ton évolution de carrière, bien te connaître et porter un regard attentif et bienveillant sur toi est aussi un moyen de t’améliorer dans ta posture de manager ou même de progresser vers des postes à responsabilités.

Enfin si ces tests sont aussi utilisés au sein même de l’entreprise, c’est parce qu’ils sont très utiles dans une démarche de cohésion d’équipe. En effet, mieux se connaître pour mieux se comprendre les uns et les autres, enclenche une meilleure communication au sein d’une équipe. L’équipe est alors plus performante et efficace.

3 exemples de tests de personnalité

test personnalité developpement personnel
Photo by Samia Liamani on Unsplash

Je vais donc te donner quelques exemples de tests à faire qui pourraient t’être utiles, selon moi.

Ils sont nombreux et il me faudrait des heures pour tous les référencer. C’est pourquoi j’en choisis 3.

Avant tout j’aimerais insister sur le point suivant. L’utilité de ces tests réside dans le fait que tu obtiendras des éléments sur ta personne, tes comportements et tes forces et tes limites. Il ne s’agit nullement de paroles d’évangiles et rien n’est inscrit dans le marbre puisqu’il s’agit d’une « photo » à un instant T.

Encore une fois les informations à ton sujet te permettront de mieux te comprendre et pourquoi pas découvrir ton propre mode d’emploi.

Toutes ces données sont importantes mais n’ont de valeur qu’à condition qu’elles te questionnent et qu’elles te servent à évoluer ou à identifier tes besoins.

Le MBTI

  • Pour ton développement personnel ou dans le milieu professionnel, un des plus connu est le MBTI (Myers Briggs Type Indicator). Le MBTI est l’indicateur de personnalité le plus connu et le plus utilisé au monde avec deux niveaux (MBTI Niveau I et MBTI Niveau II). Il a été inventé en 1962 par deux psychologues américaines : Isabel Briggs Myers et Katherine Cook Briggs. Sur ce site, tu trouveras une version gratuite inspirée du niveau I. Tu pourras identifier ton type de personnalité parmi 16 selon quatre grandes familles : les analystes, les diplomates, les sentinelles et les explorateurs.

Un test sur les intelligences multiples

  • En référence à mon article sur l’intelligence émotionnelle, je choisis de te présenter un test gratuit en ligne que j’ai découvert sur internet sur les intelligences multiples. J’aime comprendre mon fonctionnement et celui des autres. Et je déteste diviser le monde en deux catégories : les bêtes et les intelligents. C’est pourquoi le travail d’Howard Gardner sur les intelligences multiples au service de l’apprentissage m’a tout de suite intéressée. Je ne suis nullement un spécialiste, loin de là. Mais c’est une opportunité de découvrir quel est ton « canal » de prédilection pour apprendre mais aussi quel est ton talent. Je te partage donc ce test et si tu en connais d’autres sur le sujet, n’hésite pas à me partager l’information.

L’ennéagramme

  • Pour rester dans les plus connus- dans le monde anglophone, je te propose de découvrir l’ennéagramme. Celui-ci classe les personnalités en 9 types : l’éthique, l’altruiste, le caméléon, l’artiste, l’observateur, le loyal, l’épicurien, le meneur et le pacificateur. Des sites proposent un questionnaire en ligne s’inspirant de l’ennéagramme. La version officielle est payante, l’ennéagramme est une marque et une méthode déposée. J’insiste ici plus encore sur le fait qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse, ni même de bonne ou mauvaise posture.

Et bien d’autres tests de personnalités

Si tu veux aller plus loin, tu peux également noter que dans le recrutement le PAPI (Personality and Preference Inventory) est utilisé par 10% des recruteurs en France. Tu peux également trouver des tests gratuits pour évaluer ton QE (Quotient Emotionnel) ou tenter le test de la boussole si tu es en pleine réflexion de reconversion professionnelle.

En résumé : les tests de personnalité pour mieux se connaître

En résumé, si tu veux apprendre à te connaître les tests de personnalités sont une piste à creuser pour ton développement personnel. C’est le moyen de faire le point sur une situation donnée à un instant T.

Toutefois, il est important de garder du recul et de se détacher des résultats. Mal utilisés, ces conclusions peuvent t’amener à te cacher derrière des convictions qui peuvent t’empêcher d’évoluer et d’avancer.

Alors comment faire pour se détacher des résultats ? Tout simplement en prenant rdv ensemble afin que je t’accompagne à questionner ces informations te concernant.

Exercices de respiration : Ma routine bien-être

Respire… Voici un mot que je prononce souvent. Soit à mon intention soit à celle de mon entourage.

Combien de fois ai-je pu observer un collaborateur ou une collaboratrice le dos vouté ou les épaules verrouillées ? Et là je parle de symptômes visibles. Il y a aussi ceux qui parlent de maux de ventre ou de nuque raide.

Désormais ce sont des clients qui arrivent avec des douleurs chroniques, de la fatigue, de l’agacement ou même des difficultés à dormir. La liste est longue.

Commencer par respirer est donc quoi qu’il arrive mon premier conseil. Sais-tu pourquoi ? Parce que je reconnais ces symptômes. Lorsque je suis sous pression, stressée voire en colère sans raison. Il suffit que je m’observe pour m’apercevoir que je suis en apnée ou que j’ai le souffle court.

Seule solution : inspirer et expirer pour lâcher prise et m’apaiser.

Parce que la connaissance de soi reste le chemin le plus court vers une vie harmonieuse, il est important de connaître ton corps. C’est ma conviction, mon credo. Au-delà de tes valeurs, tes croyances, tes talents, tes défauts, tes qualités, écouter le rythme de ton cœur et tes tensions physiques c’est encore un aspect supplémentaire de la connaissance de soi. Les bénéfices sur ton bien-être sont nombreux.

J’ai choisi aujourd’hui de te partager MA « routine » et mes exercices de respiration. Mais avant voyons à quel moment pratiquer cette activité en pleine conscience.

Se mettre dans de bonnes dispositions

Pour être honnête, je ne fais pas partie de ces personnes à l’aise avec la routine. Mais je suis en chemin et consciente de l’importance et des bienfaits de la régularité des actes.

Quelles que soient les méthodes, tout commence par les conditions dans lesquelles tu prends soin de toi et de toujours rester connecter à toi. En effet, il ne s’agit pas de faire comme les autres ou bien parce que c’est écrit dans le manuel du bon petit soldat du bien-être.

Comme je suis curieuse, j’ai cherché de l’info, testé et creusé certaines techniques sans jamais perdre de vue que :

“Le secret de la longévité, c’est de continuer à respirer.”

Bruce Lansky

Quelles méthodes pour bien respirer

Des exercices de respiration ponctuels à des séances dédiées, les moyens sont nombreux pour reprendre le pouvoir sur notre respiration. Je t’en partage 3 que j’ai testé.

Le yoga est un sport complet basé sur le souffle. J’ai testé le hatha yoga et le kundalini yoga. Dans les deux cas la respiration par le nez, pranayama, est un outil puissant. Stopper les pensées négatives, installé en lotus, en tailleur ou allongé, je t’invite à découvrir un court exercice de Yoga et à tester.

La cohérence cardiaque est découverte par Antonio Marie Valsalva qui remarque, au 17éme siècle, que le cœur se synchronise avec la respiration. Mais c’est le Dr David Servan-Schreiber qui, le premier l’a partagé avec le public français avec son best-seller « Guérir ». Un livre qui a marqué ma vie et m’a fourni de nombreux outils pour maintenir une hygiène de vie régulière. Tu peux en savoir plus et pratiquer la cohérence cardiaque.

La méditation qui fait partie avant tout de nombreuses pratiques religieuses ou spirituelles (comme le bouddhisme, le taoisme, l’islam ou même le yoga) est pour moi un excellent moyen de pratiquer l’art de la respiration. Non pas que ce soit l’objectif premier de cette pratique mais méditer permet de s’installer avec soi, rester immobile et donc (pour ma part) de respirer. Mais « Méditer, est-ce aussi facile qu’on nous le promet ? », mon amie Claire répond à cette question.

Quand pratiquer mes exercices de respiration

« La respiration est le berceau du rythme. »

Maria Rainer Rilke

Une routine signifie de la régularité, donc une pratique assidue d’exercices de respiration. On (les livres, les textes, les disciplinés etc…) préconise la mise en place de rituel de respiration quotidien. Matin ou soir, au réveil ou au coucher, quel que soit le moment de la journée, le plus important reste la régularité.

Personnellement le seul conseil que je me permettrais de te livrer ici, c’est : choisis le moment idéal pour toi et reste régulier. Dans le cas présent, je rajouterais que la régularité est liée à ton rythme. Tu peux commencer par exemple par une seule session par semaine.

Favoriser un environnement apaisant

Si cela paraît une évidence pour beaucoup, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Combien de mamans me racontent faire leur sport, ou leurs exercices de respiration pendant que les enfants jouent autour d’elle.

Tout commence par un environnement propice à l’apaisement. A mon sens il vaut mieux raccourcir le temps de pratique mais s’assurer d’être dans un lieu sain et calme. Téléphone rangé et sur silencieux, choisis un espace sans télévision et sans bruit.

Ma routine pour me faire du bien

Je vais donc te partager ici ma routine pour entretenir ma sérénité sans te cacher la vérité.

Mes étapes

La vérité c’est que j’ai cessé de me mettre la pression. La première étape pour me faire du bien est donc de ME FOUTRE LA PAIX. Fabrice Midal en parle mieux que moi dans son livre « Foutez vous la paix et commencez à vivre »

La deuxième étape

Prendre le temps de m’observer et m’écouter avec bienveillance à tout moment de la journée et en particulier au réveil. Je scanne mon corps et porte mon attention sur ma respiration et mon état interne, c’est-à-dire ce que je ressens.

La troisième étape

En fonction de mon état physique et émotionnel, je choisis l’outil qui me convient le plus. En l’occurrence dans mon cas, j’opte soit pour la cohérence cardiaque, soit pour la méditation qui est chemin vers l’autohypnose pour moi.

Depuis quelques mois, j’ai découvert les bienfaits du chant sur ma respiration. Si j’utilise le chant ou la méditation de manière ponctuelle, je pratique la cohérence cardiaque plus régulièrement. En effet, en période de stress (professionnel, personnel, hormonal…) je met en place une routine sur 3 jours minimum et je pratique la cohérence cardiaque 3 fois par jour. Pour ça, j’ai téléchargé, il y a plusieurs années maintenant l’application Respirelax sur mon téléphone. J’y ai accès dés que j’en ressens le besoin.

En respirant lentement et profondément, grâce à la cohérence cardiaque sur plusieurs jours, je retrouve mon amplitude respiratoire.

  • Pour aller plus loin

En résumé je fais toujours de mon mieux (selon le 4éme accord toltèque) et je m’y attelle chaque jour.

Sans pression, respirer permet de libérer les tensions et de prendre soin de soi en douceur pour une énergie intérieure plus puissante.

Si tu veux approfondir le sujet de la routine pour une meilleure hygiène de vie, je t’invite à t’intéresser à Miracle Morning de Hal Herold.

Tu peux aussi tester et télécharger Respirelax ou prendre rdv avec moi pour découvrir l’hypnose et comment prendre soin de toi en douceur.

Intelligence émotionnelle: qu’est-ce que c’est?

L’intelligence émotionnelle : voilà bien un sujet qui me passionne. Et pour être plus précise, je suis fascinée par les émotions et la gestion des émotions.

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours reçu celles des autres de plein fouet.

J’ai donc appris à vivre avec le regard narquois de mes proches, attendant que je verse ma larme devant un film ou une série. Pensant que l’émotion était une faiblesse et une incapacité à faire face à l’autre, j’ai construit la croyance que l’émotion d’autrui était une arme contre moi.

J’étais bien avancée avec cette croyance. Moi qui adorais être à l’écoute des autres et les comprendre. Résultat j’étais convaincue que je n’étais qu’une pauvre cruche « trop » émotive, sans personnalité, incapable de réguler voire de gérer ses émotions.

Autant te dire que les relations interpersonnelles risquaient d’être difficiles.

J’étais alors loin d’imaginer que ce que je considérais comme un défaut était en réalité une forme d’intelligence.

Je me suis attelée à vivre avec ce défaut, l’atténuer et si possible le supprimer. Supprimer mon émotivité…. Quelle folie quand j’y pense aujourd’hui !

intelligence emotionnelle definition

Depuis, j’ai découvert qu’il existe différentes formes d’intelligence dont l’intelligence émotionnelle.

Un nouveau concept à la mode ? En tout cas, récent, puisque vulgarisé dans les années 90.

Deux mots que l’on a longtemps opposés. Une aberration pour certains : comment est-il possible d’associer les mots « intelligence » et « émotions » ? Une évidence pour d’autres : l’émotion est l’intelligence du cœur.

Nombreux sont les clichés et les croyances accrochées à ces deux mots.

Pourtant se pose une question : pourquoi les émotions et l’intelligence ne feraient pas bon ménage ?

Et en effet, lorsque j’ai découvert ce sujet, je me suis dit : « bon sang, mais c’est bien sûr ! je ne suis pas débile, j’ai une approche différente ! »

Après tout, nous sommes des êtres d’émotions. Ne pas en tenir compte dans la définition de nos personnalités reviendrait à nier une partie de nous-même.joli-

Et si les tests de QI (Quotient intellectuel) continuent d’être proposés et sont conseillés pour évaluer notre intelligence théorique, nombreux sont les psychologues et chercheurs ayant abordé le sujet de l’intelligence émotionnelle.

Au-delà du témoignage, je vais aborder ce sujet aujourd’hui en deux temps. Quelle est la définition de l’intelligence émotionnelle? Puis nous verrons à quoi sert l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle : définition

« Si vous voulez être libre de vos émotions, il faut avoir la connaissance réelle, immédiate de vos émotions. »

Arnaud Desjardins

Alors comme tu t’en doutes (ou pas d’ailleurs), je n’ai pas inventé cette expression « Intelligence émotionnelle ». Auteurs, journalistes, chercheurs, psychologues ou professeurs, ils sont quelques-uns à avoir partagé avec l’humanité l’ensemble de leurs idées, de leurs réflexions et de leurs découvertes.

Tout a commencé au début du 20éme siècle, il n’y a pas si longtemps n’est-ce pas ? A l’époque on parlait d’intelligence sociale. Et c’est Edward Thorndike, connu pour ses travaux sur l’intelligence animale et en psychologie de l’éducation, qui la définissait comme la capacité à « comprendre et agir sagement avec les autres ».

Je te rassure je ne vais pas te raconter toute l’histoire de l’intelligence émotionnelle.

Tout d’abord parce qu’il y a peu d’infos sur lesquelles tout le monde serait d’accord avant Daniel GOLEMAN. Ensuite mon truc à moi, c’est le vécu et le partage d’expérience. Bien sûr je m’appuie aussi sur des lectures mais surtout je mets en pratique.

Donc je te propose la définition de Salovey et Mayer (1990), deux psychologues nord-américains. Les premiers à publier sur le sujet, ils identifient l’IE comme « la capacité à contrôler ses propres sentiments et émotions et ceux des autres, à les discriminer entre eux, et à utiliser cette information pour guider sa pensée et ses actions ».

Je peux aussi te parler d’Howard Gardner qui a démontré en 1983, dans son ouvrage Frames of Mind, qu’il existe un large éventail d’intelligences que l’on peut « classer » selon 7 catégories.

Mais je vais me concentrer sur Daniel GOLEMAN, celui qui a vulgarisé cette expression « intelligence émotionnelle » et l’a rendu populaire dans les années 2000. Il s’est appuyé des travaux de ses collègues mentionnés ci-dessus et de bien d’autres encore.

Et pour ma part, je compilerais toutes ces définitions en te proposant ce que je vis chaque jour. L’intelligence émotionnelle est donc selon moi LA capacité à être suffisamment à l’écoute de soi pour mieux écouter les autres et ainsi générer des relations interpersonnelles apaisées et apaisantes. 

A travers l’analyse et la présentation du sujet par GOLEMAN, voyons comment il définit l’IE

Les piliers de l’intelligence émotionnelle selon Goleman

Selon lui, elle est gage de succès et de réussite. Elle permet, en acceptant nos émotions, de développer nos compétences et nos talents. Elle est basée sur les 5 piliers suivants.

intelligence emotionnelle definition

La conscience de soi

Elle se définit par le fait de porter attention à son état intérieur. Être complètement à l’écoute de soi, avoir conscience de son corps, avoir conscience de ses émotions (conscience émotionnelle), de ses sentiments, de ses pensées.

Cette conscience de soi permet de comprendre et mettre des mots sur son ressenti. Prendre conscience de ses émotions et choisir son comportement.

La maîtrise de soi

Sans surprise, il s’agit de l’aptitude à savoir contenir ses émotions débordantes et faire face à « ses tempêtes intérieures ». Ici D. Goleman, rappelle l’importance de l’équilibre entre les émotions positives et négatives. C’est cet équilibre qui permet la maîtrise de soi.

« L’art de s’apaiser » est alors primordial et est bien sûr lié à la conscience de soi. Cette dernière permet, par l’écoute de ses pensées, de réduire la durée et l’intensité de l’émotion. Par exemple, apaiser la colère, gérer le stress ou encore calmer l’anxiété.

La motivation interne ou l’aptitude maîtresse

On parle ici encore d’une capacité. Celle de s’automotiver à résister à ses pulsions. On voit ici encore à quel point la conscience de soi est liée à la maîtrise de soi, qui est possible grâce à l’aptitude à se motiver.

On comprend l’importance de la pensée positive ou encore de l’optimisme sur la motivation interne.

Cette aptitude permet de se concentrer sur un objectif et de se connecter à un état interne équilibré. Cet état qui permet de se mettre en action de manière fluide et efficace, simplement.

L’empathie

Il s’agit de la capacité à comprendre ce que ressentent les autres. Ecouter avec tous ses sens et savoir déchiffrer le non verbal : les gestes, les micro-mouvements du visage, les mimiques, l’intonation de la voix… Avoir conscience de ses propres émotions permet d’être plus attentifs et de mieux déchiffrer celles des autres. L’empathie engendre bienveillance et altruisme, elle conduit au respect de certains principes moraux.

Les compétences et aptitudes sociales

Ou « l’art de bien s’entendre avec les autres » pour reprendre les mots du célèbre Docteur en Psychologie.

Adaptabilité, écoute, ouverture à l’autre sont les compétences qui permettent de communiquer, créer des relations et des interactions. L’empathie et la maitrise de soi sont donc indispensables au développement de ces aptitudes sociales.

L’intelligence émotionnelle à quoi ça sert ?

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux. »

Socrate

Tu l’as compris, l’IE est avant tout la conscience de ses propres émotions pour mieux comprendre celles des autres.

Dans un monde où la réussite est (encore) liée au Quotient intellectuel et donc aux résultats scolaires. On peut se demander ce que viennent faire les émotions là-dedans et à quoi ça sert de mettre de l’affectif partout ?

Ce serait tellement plus simple de dire : à rien. Mais nombreux sont les exemples de personnes au QI très élevé qui, sortis du système scolaire, n’ont pas trouvé leur voie ou réussi à sortir leur épingle du jeu en entreprise. A l’inverse, avec un QI dit «bas » ou moyen, certains ont enchaîné les succès.

Pour une réelle connaissance de soi

Et bien la première chose que l’IE permet est une réelle connaissance de soi. Etre à l’écoute de son corps permet, en effet, de décrypter les messages qu’il nous envoie.

Prendre le temps de s’observer et porter une attention bienveillante sur soi offre l’opportunité de mettre des mots sur nos pensées puis sur nos émotions. L’émotion exprime toujours un besoin non satisfait

Développer son intelligence émotionnelle, dans le cas présent, son intelligence intrapersonnelle (une des composantes de l’IE) est le moyen de faire connaissance avec soi. En l’occurrence, être à l’écoute de soi est le moyen d’identifier ses croyances, ses valeurs, ses besoins, ses moteurs.

Encore une fois, savoir écouter ses émotions est l’occasion de toujours mieux se connaître.

Pour améliorer notre relation à l’autre

Se connaître et se comprendre soi devient une possibilité de développer et/ou d’améliorer son intelligence interpersonnelle (le second pilier de l’IE). En effet, mettre des mots sur ses propres émotions permet de comprendre et décrypter celles des autres. Grâce à l’empathie et à la capacité à écouter, le lien avec l’autre se crée. La communication est facilitée par un climat de confiance.

Enfin, elle sert à s’affirmer et développer une communication assertive et donc avoir des relations harmonieuses.

En résumé, l’intelligence émotionnelle permet d’être à l’écoute de soi pour être mieux à l’écoute des autres.

Une compétence en entreprise

La capacité à comprendre les émotions des autres permet de prendre sa place sereinement en entreprise. Collaborateur ou manager, développer son intelligence émotionnelle est un atout en entreprise. Elle est le gage de relations saines et de bien-être au sein d’une équipe. L’empathie et la bienveillance permettent de créer un climat propice à la performance et l’efficience.

C’est pourquoi l’intelligence émotionnelle sert à avoir une communication fluide, à gérer les conflits, à se motiver et motiver les autres. Certains parlent de compétence du futur en management.

Je suis sûre que maintenant tu aimerais savoir comment évaluer ton intelligence émotionnelle et la développer? Je t’invite à lire la suite.

Quand l’intelligence émotionnelle devient une force au quotidien

Je me souviens de cette jeune femme de 30 ans lors d’un rendez vous découverte qui me dit « je n’en peux plus ! On me dit que c’est une qualité d’avoir des émotions. Moi, ça m’a empoisonné la vie avec ma famille et surtout en entreprise. »

Et pour cause, cette jeune femme subissait sans comprendre. Chaque situation devenait une source de tension. Le moindre ressenti devenait un mur entre elle et elle-même. Non pas qu’elle n’était pas capable de gérer.

Elle ne se connaissait pas et ne savait pas mettre des mots sur ses émotions. Elle se définissait comme une personnalité complexe sans imaginer qu’elle avait une approche différente. Elle était douée d’une intelligence émotionnelle forte mais complétement réprimée. Je t’entends déjà me dire : Ok, c’est bien joli tout ça mais comment fait-on pour savoir si l’on est doté d’intelligence émotionnelle ? Comment l’évaluer ? Comment la renforcer et en faire une force ?

Je te propose de répondre à tes questions ci-après.

Intelligence émotionnelle : l’évaluer et la renforcer

« En nous conférant l’intelligence et la conscience de soi, la nature a fait preuve d’une formidable générosité et d’une cruauté sans précédent. »

Anonriddle

Inutile de se mettre une pression de dingue. Évaluer son intelligence émotionnelle commence par deux postulats.

Le premier: il existe différentes formes d’intelligence.

Le second: nous sommes tous dotés d’intelligences multiples dont une ou plusieurs dominantes.

Comment évaluer son intelligence émotionnelle

Avoir conscience de soi est le début de l’évaluation. Et tout commence par le fait d’être à l’écoute de son état intérieur puis définir et mettre des mots sur ses propres émotions.Je cherche à identifier ma conscience émotionnelle. Tu peux commencer en te questionnant.

5 questions à se poser pour s’autoévaluer

1- Est-ce que j’arrive à évaluer mes émotions?

Je suis capable de nommer précisément une émotion et la lier à un évènement donné. Je fais également le lien entre ma pensée et mon ressenti.

2- Est-ce que je les exprime?

Je vis et parle librement de mes émotions aux autres et devant les autres.

3- Est-ce que je suis capable de réguler mes émotions?

Je laisse la place à mes sentiments et suis capable de prendre du recul pour laisser l’espace suffisant à mon émotion quand elle se manifeste. Comme m’a dit une cliente aujourd’hui (synchronicité étrange), « j’ai appris à ne pas laisser mes émotions me surpasser ». En effet, réguler implique de repérer pour maîtriser.

4- Suis-je empathique?

Est-ce que je suis en capacité de ressentir et comprendre l’émotion de l’autre? La question sous-jacente, ici, est: suis-je à l’écoute et en capacité d’accueillir l’émotion de l’autre.

5- Pourquoi je suis à l’écoute?

Quel est mon objectif lorsque j’écoute? Est-ce que je cherche à répondre? Convaincre ou comprendre?

Les tests en ligne

Tu peux aussi évaluer ton intelligence émotionnelle par le biais d’un questionnaire en ligne. Quelle idée n’est -ce pas? Surtout après avoir écrit un article entier sur l’intérêt des tests de personnalités pour la connaissance de soi.

Prends rdv dés aujourd’hui pour en savoir plus sur mon accompagnement au développement de ton intelligence émotionnelle 🙂

Sandra ISRAEL-NICOLAS Coach professionnelle certifiée, en transition de vie.

Pourquoi faire appel à un coach en développement personnel

Business coach, coach en développement personnel, Life coach, coach sportif, j’en passe et des meilleurs. Effet de mode ou Tendance ? Toujours est-il qu’ils (les coachs) sont nombreux sur le marché du bien-être.

Aujourd’hui je te propose de mettre le focus sur le coach en développement personnel.

Le développement personnel est une démarche personnelle qui passe par une introspection. C’est le moyen de faire connaissance avec soi afin d’exploiter son plein potentiel. C’est le moyen d’accéder aux clés du changement que l’on souhaite mettre en place.

Si c’est personnel, autant le faire tout seul me diras-tu ? « Je me connais déjà et je sais quelle attitude adopter pour avoir des résultats et mieux vivre » m’a encore dit Nicolas ce matin en séance, comme s’il avait besoin d’être convaincu.

Je reste persuadée que solliciter un coach en développement est un choix personnel et impactant. Il est inutile de chercher à être convaincu. Quand tu l’es, tu trouves la bonne personne pour t’accompagner dans ton changement.

C’est pourquoi je ne souhaite pas argumenter sur le sujet mais plutôt te donner des clés pour décider ou non d’être accompagné.

Voyons pourquoi et à quel moment faire appel à un coach en développement personnel. Avant commençons par une définition de ce métier. Puis je te parlerais de mon accompagnement.

Qu’est-ce qu’un coach en développement personnel

Un coach est avant tout un être humain qui fait son métier avec ce qu’il est.

Sa mission

« Il n’est point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va.»

Sénèque

Même si le client arrive avec une demande, la mission principale du coach est de déterminer précisément les besoins et les attentes de son interlocuteur. Le but étant de définir ensemble le ou les objectifs que ce dernier souhaite atteindre. Rester à l’écoute pleinement et activement est la première étape.

Sans jugement et en toute bienveillance, le coach en développement personnel questionne pour accompagner son client à trouver les réponses en lui. Avec cette démarche, il lui permet de prendre conscience de ses blocages et de ses talents. Le coach n’a pas pour vocation de donner des conseils. Il ACCOMPAGNE sur le chemin de l’autonomie. En posant un cadre mais aussi un plan d’actions, il utilise les nombreux outils à sa disposition pour permettre à l’autre d’avancer dans sa réflexion.

Sur une durée définie au préalable, le coaching fait partie de ces accompagnements dits courts. Il faut compter en moyenne 8 à 10 séances. Le tout est souvent formalisé par un contrat qui permet un engagement mutuel. D’une part le coaché s’engage à s’investir et se donner les moyens d’atteindre ses objectifs. D’autre part le coach respecte les règles déontologiques de sa profession (par exemple la confidentialité).

Comment choisir le bon coach

Ni psychologue, ni thérapeute, le coach est un professionnel qui a suivi une formation diplômante ou certifiante, et surtout professionnalisante. Il a acquis un ensemble de compétences nécessaires à une pratique éthique et déontologique.

Ni magicien, ni formateur, il ne sait pas et ne prend pas les décisions à la place de son client.

La qualité de la formation suivie, l’éthique et le respect d’une charte de déontologie sont des critères de choix. Toutefois j’aime souligner que choisir un coach c’est choisir une personne.

Il s’agit, avant tout, d’une rencontre. Le lien de confiance est indispensable à la réussite de l’accompagnement.

Prends le temps d’écouter ton instinct. Vérifie ses diplômes, ses certifications, son parcours professionnel via son profil Linkedin.

En complément, d’autres critères à observer avec cet article de Welcome to the jungle.

Pourquoi solliciter un coach en développement personnel

Pourquoi consulter ? Commençons par utiliser les mots adéquats, on consulte un médecin et on fait appel à un coach. Et la nuance est importante.

Pas de magie, pas de prescription, pas de certitudes, le coach t’accompagne sur ton propre chemin à trouver tes solutions.

Quand faire appel à un coach en développement personnel?

Tu es dans une période de grande interrogation personnelle. Le besoin de changement se fait sentir ou tu es en plein changement (nouveau poste, déménagement …) Tu n’arrives pas à prendre des décisions. Retrouver un équilibre vie privée, vie professionnelle est devenu urgent. Tu as du mal à gérer tes émotions. Tu penses être hypersensible.

Autant de moments clés dans ta vie où tu peux solliciter l’accompagnement d’un coach. A une condition : avoir envie de te donner les moyens d’atteindre tes objectifs.

Les exemples sont nombreux

Jeune femme entrepreneure, débordée par son activité et son rôle de jeune maman, Céline ne trouve plus de sens à son travail. Elle a choisi de se faire accompagner par un coach pour gérer son stress et améliorer sa communication. Les résultats sont là. Elle a repris confiance en elle et retrouvé sa place au sein de sa famille. Elle assume pleinement sa posture de cheffe d’entreprise et développe son assertivité au quotidien.

Eric, Directeur Général d’un établissement, s’interroge sur sa mission. Grâce au coaching, il fait le point sur sa charge mentale, réorganise ses horaires. Les impacts positifs sont nombreux dans son cadre professionnel. Il évite le burn-out qui se profilait. Il met des mots sur son syndrome de l’imposteur, ce qui lui permet de le gérer et reprendre confiance en lui.

Romain est en pleine rupture professionnelle. Il est à la recherche d’un nouveau projet, a besoin de reprendre confiance en lui. Reconversion ou poursuite dans son secteur, le coaching lui a permis de se poser et saisir les nouvelles opportunités qui se sont présentées. Avec des prises de décisions plus rapides, il a pu choisir le chemin de l’entreprenariat sereinement.

Quels résultats quand on fait appel à un coach en développement personnel?

Les résultats sont nombreux. Quels que soient les objectifs les constats sont positifs. Le coaché se remet en action et voit sa vie personnelle et professionnelle s’améliorer. Le succès est au rendez-vous : une confiance en soi renforcée, une communication interpersonnelle améliorée, une capacité à se positionner dans les fonctions qu’il occupe et au sein de sa famille.

C’est aussi une meilleure gestion de ses émotions et de son hypersensibilité, le cas échéant. 

Coach consultante professionnelle certifiée: mon accompagnement

Déroulement d’une séance

Espace de liberté, de non jugement et d’expression, le coaching est l’opportunité d’accéder à ses propres ressources. Mon objectif principal est d’accompagner mes clients à devenir autonome. J’entends par là : devenir indépendant, libéré du regard des autres et de ses propres émotions.

Dès la première séance, le processus d’apprentissage de l’autonomie est au cœur de mon accompagnement. Il est impératif que la confiance soit installée dans la relation dès le départ pour se poursuivre dans les séances suivantes. 

Qui suis-je?

Passionnée par l’être humain depuis ma plus tendre enfance, je suis fascinée par la force de la confiance. Je m’explique:  je suis convaincue que dans un contexte de confiance et de bienveillance, chacun d’entre nous est capable d’accéder à tous ses talents et ressources.

20 ans dans le secteur de l’enseignement supérieur, à des fonctions de management et de développement commercial, j’ai eu la chance de rencontrer des milliers de personnes. Ce besoin de comprendre l’être humain continue de me faire vibrer.

J’ai poursuivi avec une formation de coach consultant professionnel chez Linkup Coaching où j’ai obtenu un titre certifié au RNCP.

Tous mes accompagnements sont orientés connaissance de soi et écoute de ses émotions. Ancrée dans le présent, ma mission est de t’accompagner à te libérer du regard des autres pour exprimer ton potentiel et prendre ta place dans le monde.

Et si on prenait le temps d’échanger sur tes besoins ?

Comment développer son assertivité au quotidien

Comment apprendre à se faire entendre, à communiquer sereinement? Savoir gérer des conflits, développer sa confiance en soi, ou encore savoir se faire respecter. Toutes ces demandes sont liées au besoin de s’affirmer, à la nécessité de développer son assertivité.

Améliorer cette aptitude permet, par ailleurs de renforcer d’autres compétences clés. Pour les recruteurs, l’assertivité est donc devenue un soft skill incontournable.

Voyons tout d’abord ce qu’est l’assertivité, ce nouveau terme à la mode. Ensuite je te propose de revenir sur l’importance du développement de cette capacité. Et enfin je souhaite te partager quelques tips pour l’améliorer.

Comment définir l’assertivité?

Je pourrais simplement te dire que l’assertivité est la capacité à s’affirmer. Toutefois, malgré la richesse de la langue française, aucun mot ne peut résumer à lui tout seul la définition de ce terme.

Origines

L’assertivité est un concept abordé par le psychologue américain Andrew Salter au début du XXe siècle. Il défendait l’idée qu’avoir un comportement assertif et expressif permettait de « combattre » des traits de personnalités inhibiteurs tels que la timidité ou encore l’agressivité.

Selon Salter, c’est une aptitude à exprimer ses idées, une compétence en communication.

Les différentes attitudes

assertivite-agressivite-manipulation

La passivité

Pensant s’affirmer, nombreux sont ceux qui vont choisir la fuite. Combien ai-je entendu de personnes me dire « je n’aime pas le conflit, je préfère respecter l’autre et éviter la discussion ». La réalité est tout autre, il s’agit bien d’un repli sur soi pour se protéger et faire taire ses propres besoins. Une manière de couper toute communication et ainsi ne pas subir le regard négatif de l’autre. Il s’agit d’un comportement passif.

L’agressivité

Colère, tensions, violence…sont les critères connus et repérables de l’agressivité. Pourtant quelqu’un qui ne dialogue pas, ni n’écoute, tout en prenant des initiatives a aussi un comportement agressif. Il a besoin de s’imposer, sans tenir compte des besoins de ses interlocuteurs. Les relations en sont immédiatement altérées.

La manipulation

C’est l’habileté d’un individu à influencer l’autre et le conduire vers son intérêt personnel. Le manipulateur use de dissimulation et d’expressions détournées. Il sait s’adapter pour amener les autres là où il veut.

L’assertivité

Maintenant que tu sais ce que l’assertivité N’est PAS, je te propose une définition plus traditionnelle. L’« assertivité » est un terme qui vient de l’anglais « assertiveness » et qui signifie : la capacité à exprimer ses besoins, ses sentiments et ses émotions tout en respectant ceux des autres.

Et pour rester hyper formelle voire un peu lourde, je rajouterais que c’est un substantif formé à partir du verbe «to assert» qui veut dire: affirmer, assertion, s’affirmer, défendre ses droits, défendre son opinion. Si, si, je t’assure, c’est important de le savoir.

En résumé, il s’agit d’une posture d’affirmation de soi dans le respect mutuel. Cette dernière notion est indispensable à la compréhension et la mise en pratique de ce comportement. Parce que si je suis assertif, je préserve mon espace tout en préservant celui de l’autre.

En complément, ma vidéo sur le sujet.

Pourquoi adopter un comportement assertif?

“Etre libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.”

Nelson Mandela

Développer son assertivité est indispensable pour se positionner dans toutes ses relations. Cela permet de développer une communication harmonieuse avec l’ensemble de ses interlocuteurs.

Concrètement que signifie avoir un comportement assertif

Adopter un comportement assertif commence par l’expression de ses opinions, besoins et sentiments avec respect et amabilité. Je me sens libre de m’exprimer et j’assume ce que je dis et ressens.

Et c’est aussi le fait de :

  • Instaurer une communication basée sur des faits concrets et précis sans laisser la place à l’interprétation.
  • S’exprimer face à un groupe sans crainte du jugement
  • Formuler une critique constructive
  • Assumer ses responsabilités
  • Faire face aux conflits, aux attaques, aux critiques
  • Dire non lorsqu’on l’estime nécessaire
  • Déjouer les jeux psychologiques et les manipulations
  • Accepter et gérer un refus
  • Communiquer avec franchise sans accuser

Avoir un comportement assertif permet donc de mettre en place une communication assertive.

Les bienfaits d’une communication assertive 

La communication assertive est applicable dans de nombreux domaines. C’est un outil très puissant en entreprise, notamment en management ou dans le cadre de négociations. Évidemment elle contribue, aussi, à entretenir de bonnes relations au sein de son cocon familial et de sa vie de tous les jours.

Un rapport gagnant-gagnant

La relation humaine….tout un art… En entreprise, en famille, entre amis, les conflits sont toujours issus d’une mauvaise compréhension mutuelle. Nul n’essaie de comprendre l’autre, chacun reste sur ses positions, essayant de convaincre coûte que coûte.

Développer une posture assertive est donc la possibilité de mettre en place une relation saine, d’égal à égal. La confiance s’installe ainsi sur le long terme.

Une écoute de soi et des autres renforcée

Comme toute compétence, l’assertivité se développe par la pratique. Les personnes assertives sont plus à l’écoute de leurs propres besoins et les expriment ainsi clairement. Une démarche saine s’installe avec une écoute active plus développée envers leurs interlocuteurs. Les relations deviennent plus fortes et plus sincères. La mise en place d’un dialogue génère moins de frustrations, de stress et d’anxiété. La fluidité et l’harmonie impactent directement la santé et la confiance en soi.

Les impacts d’un comportement assertif en management

  • Créer des relations de confiance
  • Être entendu et ainsi fédérer ses équipes autour des objectifs communs
  • Instaurer un climat posé et apaisé nécessaire au bien-être des collaborateurs
  • Éviter les rapports de force et créer des relations gagnant-gagnant
  • Fluidifier la communication entre les équipes
  • Gagner en leadership

Mes 7 conseils pour développer ton assertivité

Bien se connaître pour être à l’écoute de soi

« Connais-toi toi-même »

Platon

Prendre le temps de se connaître pour prendre conscience de soi, c’est le premier pas pour développer son assertivité. Et prendre conscience de soi va bien au-delà de savoir ce que j’aime, ce que je n’aime pas, ce que je sais faire ou ce que je ne sais pas faire. En effet, bien se connaître signifie ici se connaître sur tous les plans. Quel est mon rythme ? Quelles sont mes modes de pensées ? Quels sont mes valeurs ? Mes croyances ? Quels sont les liens entre mes pensées, mes émotions et mes réactions ?

Si l’assertivité est la capacité à s’affirmer tout en respectant autrui alors il s’agit bien de se respecter soi-même en s’exprimant directement, sans détour, mais avec considération. Il est donc indispensable d’identifier mes propres moteurs.

Quel chemin passionnant que la rencontre avec soi ! Comme dirait une de mes clientes, qui a fait cette démarche de connaissance de soi :  « salut moi, enchantée de faire ta connaissance ».

Développer son écoute active

E-COU-TER voilà bien une action INDISPENSABLE au développement de ton assertivité ! Nombreux sont ceux qui me disent , en formation, en coaching de groupe ou individuel : « ah, ça je sais faire : écouter ».

Je suis désolée d’être aussi directe, mais l’écoute active est une posture qui demande bien plus que tendre l’oreille. Tout commence par le silence : écouter l’autre en silence, à l’intérieur de soi et à l’extérieur. Je me tais et fais taire ma voix intérieure. Je suis réceptif, disponible et l’esprit ouvert.

L’empathie est un outil supplémentaire pour développer son écoute. C’est une habileté à percevoir, à identifier et à comprendre les sentiments ou émotions d’une autre personne tout en restant à sa propre place.  

Découvre les 5 étapes pour développer ton écoute active en vidéo

S’exprimer clairement

Une évidence me diras-tu. Et pourtant il est urgent de rappeler que s’affirmer passe par une communication claire et structurée. Partager ses convictions avec certitude demande de la préparation et d’éviter l’improvisation. Il s’agit simplement de préparer son objectif et son message en s’appuyant sur des faits pour rester assertif.

Privilégier le JE au TU

Être assertif c’est aussi assumer ses responsabilités. Prendre la responsabilité de ce que je dis et ce que je fais. Par conséquent, dans un échange verbal, je t’invite à privilégier le jeu du « JE ». Ce dernier te permet de démontrer ton implication et le caractère personnel de ta prise de parole. Le « TU », qui est accusateur, est à éviter, il sous-entend un reproche.

Apprendre à dire NON

S’autoriser à dire non, apprendre à dire « je ne sais pas », c’est assumer mes décisions, assumer qui je suis. Rappelle-toi que tu as des droits comme tout le monde donc le droit de refuser, de dire non.  Retiens que tu dis non à une demande pas à une personne.

Souviens toi qu’oser dire non aux autres est l’opportunité de se dire oui à soi, de rester libre. Derrière la peur de dire non se cache un besoin. Te questionner sur l’émotion présente te permet d’exprimer clairement ta décision et ton objectif.

Rechercher l’intérêt commun

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

Proverbe africain

Reste orienté solutions en appliquant le 2ème accord toltèque : « quoi qu’il arrive n’en fais pas une affaire personnelle ». Cette posture te permet d’être proactif et de rester à l’écoute de tes besoins et de ceux des autres. Il ne s’agit pas de forcer ton interlocuteur à faire quelque chose contre son gré. Ni même de convaincre à n’importe quel prix l’autre. Rechercher l’intérêt commun c’est trouver un compromis acceptable par les deux parties.

S’accepter pour assumer

« Il existe un curieux paradoxe. Quand je m’accepte tel que je suis alors je peux changer »

Carl Rogers

La boucle est bouclée 😊 Ce 7éme conseil vient directement en complément du premier. Te connaître te permet de t’accepter. L’indulgence et la bienveillance dont tu fais preuve à ton égard te permettent d’assumer qui tu es et ce que tu veux.

3 conseils supplémentaires en vidéo

J’espère qu’à travers cet article tu as identifié l’importance de l’assertivité (ou affirmation de soi). Il s’agit clairement d’une compétence relationnelle.

La développer me paraît indispensable au bien-être de chacun. Cette aptitude permet, en effet, de prendre sa place, s’affirmer, s’assumer et s’accueillir avec bienveillance et amour.

« Charité bien ordonnée commençant par soi-même », tu en constateras rapidement l’impact dans tes relations avec autrui. Et tu seras prêt, ainsi, à accueillir et accepter l’autre avec la même indulgence et bienveillance.

Que te dire sinon : y a plus qu’à… Tu peux commencer en appliquant  « les 4 accords toltèques » ou les conseils de Thomas d’Ansembourg dans « Cessez d’être gentil, soyez vrai ! »          

De mon côté, je peux t’accompagner à aller à la rencontre de toi-même,  Commençons par échanger sur tes besoins.